Ouest France , le 14 Avril 2005

Moullec : "On ne veut avoir aucun regret"

Issu des Gars d'Arvor de Landerneau, Guillaume Moullec a ensuite évolué durant cinq saisons au sein des équipes jeunes du Stade brestois. Né à la pointe du Finistère, ce milieu de terrain, qui fait depuis quatre ans le bonheur de Montpellier, retrouvera demain le stade Francis-Le Blé avec une certaine émotion.

Votre père a joué puis entraîné durant vingt ans à Brest, club dont vous avez vous-même porté le maillot pendant cinq ans. Vous serez de retour « chez vous » vendredi...

J'ai joué un an en moins de 13 ans, puis deux en moins de 15 et deux en moins de 17 à Brest. C'est donc un club que je connais très bien pour y avoir effectué une bonne partie de ma formation, avant de rejoindre Montpellier (il a été repéré à Vichy lors d'une sélection avec l'équipe de Bretagne, ndlr). J'ai gardé de très bons souvenirs là-bas, avec notamment de bons entraîneurs. En jeunes, j'ai parfois joué à Francis-Le Blé. Ça va me faire un peu bizarre vendredi, d'autant qu'il y aura de la famille et des amis d'enfance dans le public.

Comment jugez-vous le parcours de votre adversaire de demain ?

Depuis que Rust a pris cette équipe, on voit qu'elle est assez solide. Elle est basée sur les duels et sur la condition physique. Quand ils sont bien physiquement, ils sont très durs à battre. Malgré tout, c'est quand même une petite surprise de les voir aussi bien placés en fin de saison. Il y avait des équipes qui paraissaient mieux armées pour la montée et qui, aujourd'hui, sont moins bien. Mais tous les ans il y a quelques surprises, et Brest en fait partie cette saison.

Montpellier, justement, prétendait à la L1. Vous voilà aujourd'hui 5e à trois points de Brest et à huit longueurs du podium. Vous y croyez encore ?

Jusqu'à la fin de la saison, on va jouer tous les matches pour les gagner en espérant un « miracle », même si ça m'étonnerait... Il y a peu de probabilités, mais on ne veut surtout avoir aucun regret. Si le 4e et le 5e n'y croient pas, ce n'est même plus la peine de jouer ! En début de saison, l'objectif était évidemment de remonter en L1 (Montpellier est descendu en 2004), mais on savait que ça allait être difficile car l'équipe est jeune. Et on a perdu bêtement des points à la maison. On s'est mis dans cette situation nous-mêmes. Si on avait été plus sérieux à certains moments ou eu un peu plus de réussite...

Les derniers résultats sont malgré tout encourageants, avec un nul (Gueugnon) et deux succès consécutifs (au Havre et face à Grenoble). S'agit-il d'un nouvel élan ?

C'est vrai que l'on a retrouvé quelques bons principes de jeu. C'est aussi pour cela que je pense que vendredi, ça fera vraiment un bon match. Brest, comme les saisons précédentes, avait démarré fort, et finit fort aujourd'hui après avoir connu un « coup de moins bien ». Il devrait donc y avoir du spectacle.

D'un point de vue personnel, vous avez inscrit trois buts cette saison : contre Le Mans, Laval et Lorient. Faut-il avertir les Brestois que les équipes de l'Ouest vous inspirent ?

(Rires). J'espère d'abord que l'on réussira un résultat positif. Mais c'est clair que si, en plus, je peux marquer à Brest...

Recueilli parYannick LE COQUIL